Devenir Fan

Blogroll

« Ce n'est pas une victoire, c'est une profanation | Accueil | Votre blogueuse mode dans la jungle urbaine »

13/02/2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Daphné C.

"Ce n’est pas une affaire complexe. De ce que j’en comprends, il y a une marque (Findus), un distributeur/conditionneur (Comigel), un acheteur/préparateur (Tavola), un importateur (Spanghero), deux courtiers et un producteur de viande. On peut faire plus simple ?"

Ben.... une entreprise qui fabrique ce qu'elle vend?

Pierre Schneider

Daphné : une entreprise qui fabrique ce qu'elle vend, toutes choses égales par ailleurs (implantation en France, prix inchangé des produits, taille identique etc.), ça ne me semble pas viable sauf à changer de créneau et faire du haut de gamme.
S'il y a beaucoup d'intermédiaires, c'est avant tout parce que c'est la meilleure manière pour Findus d'arriver à commercialiser les plats tels qu'il les veut. On n'ajoute pas 36 intermédiaires dans l'affaire pour le plaisir de compliquer les choses.

Entendons-nous bien : la malbouffe, c'est réel et je n'aime pas ça. Mais dans ce billet, c'est après le mensonge que je suis, beaucoup plus que la malbouffe.

Paul

Le coupable se trouve "près de la viande, physiquement", sauf si on découvrait un système de retrocommissions, hein :)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.