Devenir Fan

Blogroll

« Rugby, storytelling et conscience de classe | Accueil | Soit vous êtes avec nous, soit avec le CoDir »

19/09/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Polydamas

Le journaliste parle des ETF "synthétiques". Il n'y comprend visiblement rien. Un ETF synthétique est une enveloppe qui ne contient pas forcément ce qu'il est censé contenir. Par exemple, un ETF sur les actions asiatiques contiendra en réalité des actions européennes (c'est comme ça que des ETF "asiatiques" sont éligibles au PEA qui est réservé aux investissements européens), l'émetteur passant un contrat avec un autre établissement financier pour échanger la performance de son fonds d'actions européennes contre la performance des actions asiatiques. C'est ce qu'on appelle un swap. A la différence de la réplication dite physique (l'ETF contient les actions sous-jacentes), la réplication dite synthétique permet d'éliminer les coûts de frottement (coût d’intermédiation) et de mieux "coller" à la performance de l'indice sous-jacent.

Par contre, c'est vrai que certains intervenants m'ont fait part de leur crainte d'une explosion en vol d'un émetteur, certains n'étant pas suffisamment outillés pour cette industrie. Ainsi une banque a-t-elle couverte ses ETF européens contre des actions japonaises, et les ETF sur matières premières peuvent être sacrément dangereux, les effets de marché sur les futures pouvant occasionner des pertes ou des gains importants sans direction particulière (contango). Mais cela ne pose pas plus de problèmes que cela puisqu'il y a toujours un collatéral avec lequel il est possible de se rembourser. Sachant qu'ici, il ne s'agit pas de cela, mais d'une fraude à la Kerviel.

Ensuite, faut pas dramatiser, les ETF, c'est un équivalent industriel des SICAV locales. Beaucoup d'argent se sont barrés des SICAV indicielles, c'est à dire gérées pour "coller" à un indice, du fait des frais de gestion des sociétés, beaucoup trop lourds, pour venir s'investir sur les ETF, beaucoup plus industrialisés, rapides, et moins chers. C'est donc difficile de parler de bulle, c'est juste de l'argent qui était investi sur les mêmes classes d'actifs qui utilisent un outil différent pour investir. Mais l'effet sur le marché est à peu près le même qu'auparavant.

Pierre Schneider

Merci pour le commentaire et les précisions qu'il apporte. Si je comprends bien, le risque est réel mais cantonné dans des situations de stress extrême où une contrepartie peut faire défaut, voire un modèle mathématique ne plus s'appliquer avec autant de fidélité que d'habitude.

Sur un sujet voisin, je crois avoir entendu aujourd'hui qu'une banque chinoise a suspendu ses swaps avec la BNP. Alors ça y est, on peut paniquer? Ou y a-t-il un moyen d'interpréter cela autrement que comme une défiance précipitée?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.